Vos questions


Nous sommes à votre écoute : n’hésitez pas à poser une question ou à déposer une suggestion ci-contre ! Nous y répondrons et question comme réponse seront publiées ci-dessous.

Pour éviter le spam et les usages abusifs, les ajouts sont modérés a priori, voici quelques règles simples que nous vous invitons à respecter si vous souhaitez que votre commentaire soit publié :

  • Soignez votre langage, exprimez-vous dans un français clair et évitez les jargons, argots et autres langages SMS.
  • Évitez les commentaires et contenus répétitifs (spamming), la multiplication de publications identiques ou l’usage répété de lettres dans un mot. De plus, l’envoi répété de la même chose n’augmente pas l’impact du contenu.
  • Évitez le hors sujet qui entraîne une dévalorisation de l’échange.
  • Exprimez-vous poliment, les insultes ou autres attaques personnelles ne seront pas tolérées.
  • Ne cherchez pas le conflit, les règlements de compte, provocation ou acharnement sur une même personne ne sont pas tolérés, même en l’absence d’insulte.
  • Respectez la vie des autres, ne communiquez pas d’informations relatives à votre vie privée (mail, téléphone, adresse, famille…) ou à celle d’un tiers sans son accord.

Nous vous rappelons également que sont interdits en toutes circonstances :

  • La publicité et le prosélytisme : en aucun cas vous ne pouvez mettre en avant un produit, une marque, un parti politique ou une religion.
  • Les publications racistes, xénophobes, pornographiques, sexistes et les incitations à la haine ou à la violence.
  • L’usurpation d’identité et l’utilisation de comptes multiples ne sont pas tolérés.

Place à vos questions !

Toutes les questions reçues*

Quel sont les horaires de tramway aujourd'hui' fin de services 
Question posée par D. le 08/10/2017

Bonjour,

Aujourd'hui, le dernier départ du tramway est fixé :
- T1 : à 23h57 au départ des Hauts du Chazal vers Chalezeule
- T1 : à 00h48 au départ de Chalezeule vers les Hauts du Chazal (arrivée à 1h32)
- T2 : à 23h41 au départ des Hauts du Chazal vers la Gare Viotte
- T2 : à 00h22 au départ de la Gare Viotte vers les Hauts du Chazal (arrivée à 0h54)

Les tramways sont donc en circulation chaque jour de 4h38 à 1h32 pour la ligne 1 et de 4h50 à 0h54 pour la ligne 2).
Tous les horaires pour chaque ligne, chaque sens et chaque station sont disponibles sur la page
http://www.ginko.voyage/se-deplacer/horaires/horaire-a-votre-arret
 

Réponse par Michel Loyat, vice-président en charge des transports pour la CAGB le 21/11/2017

Bonjour, A quand le prolongement du tram jusqu'à Châteaufarine ? 
Question posée par T. le 06/10/2017

Bonjour,

Si vous avez déjà saisi l'opportunité de visiter le centre de maintenance des tramways (sinon je vous invite à le faire dès que possible !), un détail ne vous aura sans doute pas échappé... la configuration des lieux est toute entière prévue pour permettre un prolongement facilité des lignes de tram actuelle en direction de Chateaufarine. De même, une visite dans cette zone commerciale périphérique vous permet de constater que les voies de transport en commun y sont déjà largement en "site propre", et il ne faut pas beaucoup d'imagination pour se projeter dans quelques années et y voir disposés des rails et autres lignes aériennes de contact nécessaires à l'exploitation du tramway.
Toutefois, gouverner c'est prévoir et plus encore en matière de transports publics pour lesquels nous réfléchissons à l'échelle de 10, 20, 40 voire 50 ans. C'est pourquoi la ligne n°1 du tramway trouve son terminus en pleine zone commerciale des Marnières, à l'Est, zone en plein développement contribuant ainsi à l'indispensable rééquilibrage commercial entre est et ouest de l'agglomération du Grand Besançon. De même, vous voyez dès aujourd'hui un tracé au coeur des Vaîtes, un éco-quartier lancé récemment, ou encore à Brûlard, un quartier qui va débuter une profonde mutation d'ici quelques mois.
Donc oui, l'hypothèse d'un prolongement du tram à Chateaufarine est d'ores et déjà envisagée, tout comme un grand nombre d'autres possibilités techniques : le passage de rames adaptées du Tramway sur le réseau SNCF grâce au choix d'un écartement de rails adapté... l'extension des rames actuelles lorsque la fréquentation aura suffisamment augmenté grâce à des quais d'ores et déjà assez longs... etc. etc. Une étude pour définir le schéma "transport en commun site propre" sera menée en 2018.
Ces possibilités sont toutefois prévues pour l'avenir, et il n'est pas programmé dans un avenir proche d'y faire appel. Notre responsabilité d'élu-es est aussi de préparer l'avenir, c'est ce que notre équipe municipale s'attache à faire concrètement au quotidien.
 

Réponse par Michel Loyat, vice-président en charge des transports pour la CAGB le 21/11/2017

Dans les 404 engagements un plan de réfection des places et des rues (Victor Hugo, Bacchus, Liberté, rue de la République, Rivotte/rue des Granges, Battant etc...) était envisagé malheureusement de trop nombreuses places et rues de la boucle et de Besançon sont toujours dans le même état de tristesse, sans âmes, ternes, en mauvais états, sans identités qui donnent guère envie de s'y attarder ! La ville de Besançon et son centre historique méritent bien mieux ! 
Question posée par D. le 06/10/2017

Le centre historique de Besançon est effectivement unique mais l’ensemble des quartiers de la ville mérite notre attention. La réfection des places évoquées est effectivement plus que nécessaire, la contrainte principale à l’heure actuelle est financière. Au gré des opportunités, on doit également modifier certains projets ainsi la réfection de la place Saint-Jacques va être priorisée car ce dossier a évolué favorablement ces dernières années ainsi que celui de la place Guyon (acquisition définitive du site industriel de l’ex Rhodiacéta). Le site de la place de la Liberté doit effectivement être rénové mais le début des travaux sur le site Viotte nécessite d’avoir désormais une vue d’ensemble (déplacements, circulation) à l’échelle de ce morceau de quartier.

Nicolas BODIN

---

Bonjour,
Durant cette première partie de mandat quelques réalisations ont été faites : rue Jean Jacques Rousseau, place de l'égalité, rue du Lycée, rue Claude Pouillet, rue du loup, Rue Moncey sans énumérer tous les espaces qui ont bénéficié de la création de la ligne de tram.
Lorsque nous rénovons les rues du centre ville, le projet validé par l'architecte des bâtiments de France, est souvent un projet coûteux, puisqu'il doit s'inscrire dans le patrimoine historique... Il est donc nécessaire de le programmer en fonction des budgets alloués.
Pour votre information, des projets sont en cours sur la rue Luc Breton, la place Victor Hugo, la tue des Martelots et la place Jean Gigoux.

Marie ZEHAF
 

Réponse par Marie Zehaf, adjointe au Maire chargée de la voirie et Nicolas Bodin, adjoint au Maire chargé de l'Urbanisme et aménagement urbain le 20/10/2017

Bonjour, Je viens apporter mon point de vu concernant la circulation sur la ville. J'observe des bouchons sur tous les accès à la ville, depuis la réalisation du tram. Cette belle réalisation n'a pas arrangée la circulation, mais je pense que de mauvaises décisions ou organisations du trafic sont imputables au conseil municipal et donc au maire. Je viens d'apprendre que des nouveaux quartiers vont être restructurés Viotte, Vauban, Vaites. Avec ces nouveaux quartiers la ville annonce la réalisation de nouveaux logements.... Comment vont circuler les nouveaux locataires, 800 logements annoncés pour Vauban. J'imagine la place Leclerc qui vient d'être réaménagée. A l'heure actuelle il est impossible de faire passer plus de 3 voitures à chaque feu. Les travailleurs qui font la richesse de la ville passent des heures dans ces bouchons sans compter la pollution engendrée. Je voudrais qu'on annonce clairement comment la circulation va être organisée pour ces nouveaux quartiers. 
Question posée par M.P. le 05/10/2017

Si la municipalité choisit de créer de nouveaux quartiers en cœur de ville, c'est bien pour permettre aux personnes qui le souhaitent de travailler, d'avoir des loisirs, de consommer à proximité de leur domicile et de se déplacer avec facilité. Tous ces nouveaux quartiers se situent à proximité de lignes essentielles de transport en commun et seront aménagés de manière à faciliter les modes de déplacements doux.
La volonté politique est de s'inscrire pour une vie durable dans une ville durable.
Nous pouvons constater que les modes de déplacement changent et qu'un nombre non négligeable de citoyens abandonnent leur voiture au profit des transports en commun, des déplacements doux, du co-voiturage ou de l'auto partage.
 

Réponse par Marie Zehaf, adjointe au Maire chargée de la voirie le 20/10/2017

« Les services de la voirie de la ville de Besançon ont été sollicités à plusieurs reprises par l’intermédiaire de Proximcite concernant la réparation de la borne rétractable du pont chemin français » Merci pour votre réponse 
Question posée par C.M le 03/10/2017

Bonjour,
La borne du pont du Chemin Français a été réparée le 6 octobre et remise en service. Son dysfonctionnement était dû à une panne d’automate, pièce que nous n’avions pas en stock et qu’il a fallu commander. Dès sa réception, celle-ci a été installée.
 

Réponse par Marie Zehaf, adjointe au Maire chargée de la voirie le 27/10/2017

Bonjour, Pourquoi avoir installé deux stations de velocite Avenue fontaine Argent, alors qu'il n'y a pas de pistes cyclables et que l'avenue est à sens interdit alterné? Les trottoirs sont étroits est fréquentés par des scolaires de tout âges, entre autres. Les sens interdits sont complétés par la mention sauf tram, cela est clair. Pourquoi ne pas avoir installé les stations boulevard Diderot, les trottoirs sont spacieux et les couloirs réservés aux cyclistes (tant réclamés par les usagés des deux roues) sont tracés, mais très rarement utilisés. Merci. 
Question posée par J.P.R. le 03/10/2017

Je vous remercie pour votre question.
Le bilan Vélocité de 2014 faisait apparaitre 4 stations avec de très faibles utilisations. Beaucoup de demandes des habitants des Chaprais étaient en attente d’un déploiement de Vélocité sur ce quartier. Après concertation, il a été décidé d’équiper les secteurs denses en commerce (rue de Belfort) et/ou en habitants (rue de Belfort, place des Déportés). L’éloignement de la place des Déportés de la station Mouillère nécessitait une station intermédiaire pour que la station fonctionne : le choix a été de la placer au cœur des habitants et commerces en ayant l’utilité avenue Fontaine Argent plutôt que boulevard Diderot trop éloignée des habitants et commerces.
La présence de pistes cyclables aux abords des stations est un atout mais pas indispensable. L’avenue Fontaine Argent, certes interdite sur certains tronçons aux cyclistes, reste un axe indispensable aux habitants et usagers des commerces qui utilisent le vélo sur lequel la tolérance admise n’apporte pas de gêne ni d’insécurité aux autres usagers. Les usagers de ces stations peuvent également utiliser les bandes cyclables du boulevard Diderot pour certains de leurs déplacements.
Je terminerais en soulignant que nous améliorons quotidiennement le réseau cyclable de notre ville pour notre santé, pour lutter contre la pollution de l’air et le réchauffement climatique tout en améliorant le quotidien de nombreux habitants. Les aménagements cyclables (bandes, pistes, voies vertes) sont de plus en plus fréquentées et notre réseau de vélo en libre-service se porte bien. L’ambition que nous avons pour développer la pratique du vélo au quotidien à Besançon se traduit notamment par la réalisation de plus de 12 km d’itinéraires cyclables cette année.
Cordialement
 

Réponse par Anthony Poulin, Conseiller municipal en charge des déplacements doux et de la vie étudiante le 25/10/2017

La sortie de la rue de Beauregard sur l'avenue Fontaine Argent est devenu une loterie. La présence d'un feu tricolore sur cette rue et les sens interdits sur l'avenue n'empêche aucunement la circulation en contresens de divers véhicule : deux roues (motorisés ou non), véhicules privés ou administratifs, sans gyrophare ni sirène. La sortie sur l'avenue Fontaine Argent malgré le feu vert se fait prudemment car un véhicule peut arrivé subitement et quelquefois en vitesse excessive! La Police Municipale intervient rarement et n’arrête que véhicule motorisé, pas les vélos qui circulent à contre sens, sur les trottoirs et en pleine vitesse quand ils sont à assistance électrique Merci 
Question posée par J-P.R. le 03/10/2017

Bonjour,
Votre signalement concernant les conflits d’usage pourtant bien réglementés rue Beauregard retiennent notre attention et nous allons continuer à travailler en collaboration avec la police pour faire respecter la signalétique en place.
Deux roues ou vélo n’ont pas tous les droits, ils se doivent de respecter les sens de circulation et ne pas circuler sur le trottoir.
 

Réponse par Marie Zehaf, adjointe au Maire chargée de la voirie le 27/10/2017

Bonjour, Depuis l’été 2016 tous les emballages plastiques sont triés, ce qui réduit bien le poids des poubelles de dechets non recyclés. Mais est ce que la commune ne pourrait pas faire davantage en favorisant de nouveau la consigne du verre au lieu du recyclage. Consigne payante ou non, je ne sais pas si cela est necessaire de rendre la chose payante, (car les mentalité changent dans le bons sens me semble t'il) mais ce qui permettrait de réduire le coût de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères. http://www.reseauconsigne.com/ Et dans les espaces verts au pied des HLM type grand Besançon habitat et autres (ou même dans des squares ce qui pourrait apporter une dimension pédagogique), ne serait type pas possible en plus du compostage, de mettre en place la création de jardinières en commun où chacun pourrait récolter et planter quelques chose d'autres en échange (choses qui pourraient être gérés par les habitants eux mêmes comme pour le compostage). Tout cela permettrait de réduire des déchets des ménages et d'apporter une touche de partage, dans un monde où cela c'est un peu perdu. 
Question posée par A.B. le 01/10/2017

C'est une proposition intéressante pour l'environnement, l'emploi local et la facture des citoyens.
Le Président de l'agglomération en charge de la collecte des déchets et donc du verre, s'est montré favorable à cette idée.
La CAGB responsable de cette collecte pourrait effectivement y réfléchir en s'inspirant des rencontres des acteurs de la consigne.
 

Réponse par Catherine Thiebaut, adjointe au Maire chargée des Bâtiments municipaux, présidente du Sybert le 23/10/2017

Jusqu'à présent utilisateur inconditionnel des transports en commun (abonnement annuel) pour me rendre à mon travail (15/20 mn), je suis devenu depuis la rentrée un piéton ou selon la météo un automobiliste et abandon des transports en commun. Pourquoi ? Tout simplement depuis le changement des horaires du bus déservant notre quartier, il n'est plus possible de prendre le bus (Ligne 23 ou 24) qui passent toutes les 30/35 mn et sont surchargés comme par exemple la ligne 23 à 7h27 à l'arrêt Francis Clerc avec tous les étudiants qui vont en cours. Est-ce que ces horaires vont être maintenus ou y aura-t-il des modifications à l'avenir qui puissent tenir compte des besoins des usagers. De même, pourquoi la ligne 5 qui passait place Grandvelle et qui était bien commode pour certaines personnes ne passe plus au centre ville. 
Question posée par D.B. le 01/10/2017

Bonjour,
A cette rentrée, nous avons effectivement procédé au changement d'itinéraire de la ligne 5 qui, de la Gare Viotte, en venant de St Claude, va directement à l'arrêt "République" (donc dans la Boucle), puis à Bregille via l'avenue Gaulard. Cela évite le "tiroir" qui existait à la Gare (descente puis remontée) et cela évite aussi le trajet par la rue Siffert, par le pont Canot (avec les problèmes connus d'embouteillages aléatoires)... Cela permet aussi aux usagers de Bregille et de la partie Est de la ligne 5 d'avoir une connexion directe avec la Gare Viotte.
En revanche, les personnes qui veulent aller par exemple Place du 8 Septembre ou à Granvelle, peuvent utiliser la correspondance qui est de qualité à l'arrêt République avec plusieurs lignes de bus de fréquence forte (ligne 3, ligne 4, ...). Il y a aussi une correspondance avec le Tramway par exemple pour se rendre à la Mairie ou à Saint Jacques.
Concernant les lignes 23 et 24 : je vous remercie de la précision de vos remarques notamment concernant la surcharge que vous observez à l'horaire que vous indiquez. Nous examinons actuellement de près les surcharges liées principalement aux étudiants. De la même manière, des ajustements d'horaires à la marge pourraient être opérés si nécessaire.
 

Réponse par Michel Loyat, vice-président en charge des transports pour la CAGB le 04/10/2017

Bonjour, Pourquoi une réunion à la Cassotte à 18h30 , pour le quartier Chaprais /cras aucun commerçant ne sera présent , car cette catégorie Travaille à cette heure..... 
Question posée par P. le 01/10/2017

Démarrée toujours avec quelques minutes de retard afin d'attendre les retardataires, la réunion publique s'est achevée près de deux heures plus tard. De quoi permettre au plus grand nombre d'y assister et de participer aux débats. 
Réponse par L'équipe municipale le 06/10/2017

Pensez-vous vraiment aux Handicapés? en ville avec un fauteuil c'est le parcours du combattant et quant aux bus access qui leurs sont" soit-disant" dédiés sur 20 voyages demandés seuls 2 ont une réponse positive. Ne parlons pas de la ligne 23 qui nous fait des détours et une durée de trajet 3 ou 4 fois supérieure du trajet en voiture. Quelles solutions avez-vous? 
Question posée par G. le 30/09/2017

Bonjour,

L'accessibilité de nos transports aux personnes rencontrant des difficultés de toute forme (auditif, visuel, moteur, mental...) est pour nous importante, et nombre des dispositifs mis en place sont utiles non seulement aux personnes en situation de handicap mais également pour faire face aux enjeux de la montée en âge ou aux situations transitoires (avoir une poussette... un chariot à commissions...).
C'est pourquoi nos efforts sont particulièrement importants pour permettre au plus grand nombre d'utiliser notre réseau classique de manière autonome (indications sonores, grands caractères, automates adaptés, zones réservées aux fauteuils roulants, accessibilité la plus grande possible y compris en station, etc.) Il faudrait y ajouter le travail important mené par mes collègues, notamment en matière de voirie, pour rendre accessibles les carrefours à feux (système de télécommandes) et plus généralement l'espace et les bâtiments publics ou recevant du public. D'ailleurs, des membres d'associations, les "experts d'usage", sont régulièrement mobilisés pour nous aider à conduire les ajustements qui sont parfois nécessaires pour aboutir aux résultats solutionnant le plus grand nombre possible de situations. Une Commission intercommunale est d'ailleurs chargée du suivi de toutes ces évolutions.
Qu'il s'agisse d'équipements spécifiques en station, à bord et même au sein de la boutique Ginko ou de politiques plus globales liées à la voirie ou aux bâtiments, nous ne ménageons pas nos efforts même si l'ampleur des adaptations réalisées nécessite toujours un peu de temps, et beaucoup de moyens. Lorsque l'usage des outils classiques n'est pas possible malgré tous nos efforts, des services spécifiques tels que Ginko Access prennent le relais et apportent - généralement - une grande satisfaction. On peut regretter quelques comportements peu respectueux des personnels et des autres usagers (réservations qui ne sont pas annulées alors que le transport demandé n'est finalement pas effectué par exemple) mais nous remarquons que la demande est chaque année plus importante... ce qui peut aboutir à des périodes de surcharge.
Le service Ginko Access est également de grande qualité par rapport à d'autres systèmes ayant cours dans d'autres agglomérations, dans la mesure où il fonctionne "d'adresse à adresse" et non pas de "station à station" comme ce devrait normalement être le cas. En effet, nous sommes dans le cadre d'un réseau de transport en commun... et non une concurrence aux services de taxi ! Nous rappelons donc le caractère important et très volontariste de l'aide apportée au travers de "Ginko Access" qui représente un coût significatif à l'échelle du réseau, et appelons donc à une utilisation qui se limite autant que possible aux situations n'ayant aucune autre alternative au sein du réseau classique. Un audit a été mené sur ce service, un premier rendu a été fait à la Commission intercommunale et des propositions seront définies prochainement avec Kéolis, le futur délégataire de la DSP transports.
Pour ce qui concerne la ligne 23, elle illustre la difficulté à établir un maillage pleinement satisfaisant sur l'ensemble du territoire, des changements seront d'ailleurs proposés pour septembre 2018 et nous essayons de concilier à la fois le maillage, la desserte dans les quartiers, et l'utilisation efficiente de l'argent public. Nous facilitons également les correspondances, efficaces, avec des lignes à plus haute fréquence. Nous veillons à couvrir du mieux possible tous les quartiers et toutes les communes en fonction des moyens disponibles, ce qui suggère automatiquement une hiérarchisation pour se rapprocher au mieux des besoins. La nouvelle délégation de service publique qui entrera en vigueur en 2018 renforce le réseau par un nombre de kilomètres commerciaux assurés plus important, et nous essayons autant que possible de proposer aux Bisontins et aux Grands-Bisontins des solutions de mobilité cohérentes, intermodales, avec un haut niveau de service.
C'est dans cet esprit que nous facilitons les correspondances, et c'est aussi dans cet esprit que nous faciliterons encore plus demain le covoiturage. Je rappelle que le réseau "Citiz" propose déjà depuis longtemps un véhicule aménagé pour recevoir un fauteuil roulant... apportant ainsi une solution concrète de plus aux personnes qui ne peuvent pas forcément avoir dans leur entourage un véhicule adapté.
 

Réponse par Michel Loyat, vice-président en charge des transports pour la CAGB le 21/11/2017

La ville prevoit-elle une réflexion et une série d'actions concernant la pollution visuelle des grands panneaux publicitaires (4x3), sur les grands axes et aux entrées de ville ? 
Question posée par C.P. le 30/09/2017

Le Règlement Local de Publicité (RLP) vient d’être transféré à la communauté d’Agglomération que la ville de Besançon va solliciter afin de poursuivre la procédure de révision engagée. Une réduction importante du nombre de panneaux est prévue. Par ailleurs, le maire a signé un arrêté limitant la puissance lumineuse des panneaux à Led qui correspondent à des produits nouveaux sur le marché publicitaire. 
Réponse par Nicolas Bodin, adjoint au Maire chargé de l'Urbanisme et aménagement urbain le 11/10/2017

La place du 8 septembre est au cœur de la ville, une vitrine pour les touristes, un carrefour dans la boucle. Cette place est immonde. Sol sale et dégradé, fontaine désuète des années 60, Hôtel de Ville fermé, salle de sport qui ne voit pas le jour.. A quand une rénovation de qualité ??? Avec une belle fontaine ou des sculptures.. 
Question posée par D. le 28/09/2017

Oui, les services urbanisme et voirie ont déjà entamé une étude sur ce sujet. Plusieurs rues attenantes ont été rénovées : rue d’Anvers, Sambin ; Rousseau, la place de l’Egalité. L’hôtel de ville rouvrira en juillet 2018. Cette place devra elle-même subir un sérieux lifting ainsi que la rue de la République mais cela ne sera vraisemblablement pas au cours de ce mandat. 
Réponse par Nicolas Bodin, adjoint au Maire chargé de l'Urbanisme et aménagement urbain le 11/10/2017

Dépôts d'encombrants dans les rues, tri négligé. Comment espérer du civisme si ces gestes aussi simples sont méprisés ? Que faire pour faire observer enfin un peu de tri ? 
Question posée par J-M.M. le 27/09/2017

La CAGB compétente en la matière est en train de réfléchir à la mise en place des encombrants.
Besançon est une ville pionnière en la matière, première Ville de France de cette importance (117000 habitants) à avoir instauré, il y a 18 ans (!) une redevance incitative au volume du bac pour collecter une fois par semaine les papiers et emballages.
Les bisontins trient bien depuis très longtemps et ça continue depuis 2012 avec la tarification au poids des déchets résiduels et à la levée. Et depuis l'extension des consignes à tous les emballages plastiques en juillet 2016, les performances de tri ne cessent d'augmenter.
De plus le SYBERT en charge du traitement des déchets a mis en œuvre un tri supplémentaire des bennes des encombrants de Déchetteries de façon à ne plus rien mettre à l'enfouissement. Tous les déchets sont désormais valorisés matière ou énergie ou réutilisés grâce aux nombreuses ressourceries ou points d'apport textiles/chaussures sur notre territoire.
 

Réponse par Catherine Thiebaut, adjointe au Maire chargée des Bâtiments municipaux, présidente du Sybert le 23/10/2017

Vous avez consulté les habitants sur le projet St.Jacques et plus récemment sur celui du futur parc des Prés de Vaux. Allez-vous développer cette belle pratique ? 
Question posée par J-M. M. le 27/09/2017

Oui, un des objectifs de ce mandat était justement le fait d’associer davantage les citoyens aux prises de décision. L’urbanisme est un secteur qui peut se prêter à ce genre de démarche. On pourrait citer également la présentation du futur projet remplaçant l’ancienne école de Bregille au conseil Citoyen des Habitants du quartier ou la participation de deux membres du CCH de Saint-Ferjeux/Vlotte au concours d’architectes dans le cadre de l’urbanisation du Triangle rue de Coligny (arrêt du tramway) mais également les réunions régulières avec le conseil Citoyen de Planoise dans le cadre du PNRU (Programme National de Rénovation Urbaine) ou bien encore le référendum sur les rythmes scolaires organisé en cette fin d’année. 
Réponse par Nicolas Bodin, adjoint au Maire chargé de l'Urbanisme et aménagement urbain le 11/10/2017

Les trottoirs du haut de la grande rue sont systématiquement utilisés comme parking par les voitures. C'est particulièrement le cas dès que la P.M. n'est plus là (le soir, le dimanche ...). Je ne parle pas des entreprises qui payent leur présence, mais bien des particuliers. Le panneau "stationnement interdit" présent est donc inefficace. On a une situation ubuesque où les piétons marchent au milieu de la rue, encadrés par des voitures garées de chaque côté sur les trottoirs. Quelle solution définitive envisager ? vidéo-verbalisation ? marquage au sol ? 
Question posée par S.P. le 26/09/2017

Effectivement chaque week-end, les trottoirs du haut de la Grande Rue sont utilisés comme parking, malgré la signalétique en place. Nous menons (le service voirie et le service et la police municipale) un travail conjoint surtout le vendredi et le samedi (le dimanche, le service de police municipale n'est pas assuré) pour éduquer par la verbalisation les usagers qui ne respectent pas la réglementation en place.
Quant au marquage au sol, il est difficile de retenir cette proposition, compte tenu des matériaux utilisés pour réaliser les trottoirs... Ce sont des matériaux nobles et il serait dommageable de les recouvrir par de la peinture !
 

Réponse par Marie Zehaf, adjointe au Maire chargée de la voirie le 02/10/2017

Existe-t-il ou envisagez-vous de mettre en place un dispositif d'évaluation de vos politiques d'investissement et d'équipements pour une meilleure utilisation des deniers publics ? Concernant les chantiers de voirie (notamment), le citoyen moyen a souvent l'impression qu'un aménagement en chasse un autre sans vision à long terme ... 
Question posée par C. le 25/09/2017

Bonjour,
Compte-tenu des restrictions budgétaires imposées et de la volonté des élus d'avoir une bonne gestion des deniers publics, les politiques d'investissement et d'équipement sont finement étudiées. Les différentes délégations concernées : voirie, urbanisme, espaces verts travaillent ensemble pour mener à bien des aménagements durables dans le temps.
 

Réponse par Marie Zehaf, adjointe au Maire chargée de la voirie le 03/10/2017

Bonjour, Considérez-vous que l'offre de transports en commun périurbaine soit en adéquation avec les besoins de mobilité d'une agglomération comme Besançon ??? : (ex : trajet ligne 82 Montfaucon -> Besançon Temis (9kms) -> 50' en bus, -> 30' en vélo électrique et -> 25' en voiture ...) 
Question posée par C. le 25/09/2017

Bonjour,
Nous avons à Besançon une Agglomération caractérisée par une Ville-centre (Besançon) de près de 120.000 habitants, et un secteur périurbain qui gagne des habitants, qui se développe, mais avec une densité qui demeure modeste.
A Besançon comme dans d'autres agglomérations, la desserte par transports en commun du périurbain peu dense et sans pôle urbain véritable, est difficile.
Néanmoins l'amélioration de la desserte du périurbain, notamment pour les actifs (et pour d'autres raisons de déplacement que le service scolaire domicile/études) est un enjeu pour nous et nous l'avons inscrit comme tel dans le cahier des charges pour les futurs marchés d’affrètement pour lesquels nous sommes en renouvellement à échéance de 2018. Nous attendons donc les propositions de ceux qui seront candidats pour être transporteurs et nous les analyserons de près.
 

Réponse par Michel Loyat, vice-président en charge des transports pour la CAGB le 04/10/2017

Sur l'exemple de Chicago, des villes françaises comme Albi ou bien encore Rennes se lancent dans l'autosuffisance alimentaire. A quand l'engagement de la ville pour cette démarche qui pourrait changer la vie des Bisontins ? 
Question posée par B. le 25/09/2017

La Ville de Besançon et l'agglomération du Grand Besançon conduisent de façon complémentaire deux politiques volontaristes relatives à l'alimentation.
La ville de Besançon a engagé, depuis plusieurs années, la relocalisation de l'approvisionnement de sa restauration collective (5 500 repas /jour pour les enfants des écoles élémentaires publiques et les petits des crèche municipales). L'exploitation en régie directe de la cuisine centrale a permis, dans le respect du code des marchés publics de porter l'approvisionnement en denrées alimentaires en bio et/ou local à 30% (12% pour le local pur, 14% pour le bio et local, 4% pour le bio non local).
Depuis 2007 l'agglomération du Grand Besancon (CAGB) a porté le projet SAUGE "Solidarités agricole et urbaine pour des gains économiques et environnementaux en termes d'emploi" qui a permis la création d'AMAP, de systèmes de paniers, de marchés locaux et d'un espace test agricole. Ainsi, plusieurs producteurs (légumes, poulet, fromage) ont vu leur installation agricole permise ou confortée. Par ailleurs, depuis 12 ans une formation courte "de l'idée au projet" permet à toute personne ayant un projet agricole d'en vérifier la pertinence et la faisabilité.
En 2017, l'agglomération a été lauréate est d'un appel à projet du plan national de l'alimentation pour son projet alimentaire territorial (PAT). Le PAT prévoit, dans un premier temps, de faire le diagnostic des flux alimentaires du territoire (nature et volumes des flux consommés, produits, entrants, sortants). Cet état des lieux permettra d'identifier les filières et les éventuels outils de transformation déficitaires (légumerie? conserverie?, découpe de viande? transformation de produits frais laitiers?...).
Dans un deuxième temps, des projets collectifs en partenariat pourront être accompagnés. La cuisine centrale de Besançon est partie prenante de la démarche, notamment pour l'approvisionnement en légumes.
A titre d'exemple, la CAGB a organisé des rencontres entre agriculteurs et restaurateurs qui ont débouché sur la mise en place une plateforme d'approvisionnement.
Quant à l'autosuffisance alimentaire, elle nous nous semble difficile à obtenir du fait des conditions pédoclimatiques de notre territoire. Relocaliser au maximum notre alimentation pour créer de l'activité économique et des emplois non délocalisables est notre ambition.
 

Réponse par Claudine CAULET - Ville de Besançon, conseillère municipale déléguées à la restauration scolaire et Françoise PRESSE - CAGB, Vice-présidente – développement durable et transition énergétique le 02/11/2017

Quand sera programmée la sécurisation du carrefour d'senbart au croisement de l'avenue d'Helvétie, Denfert Rochereau et du pont Robert Schwint ? Merci 
Question posée par Buhler le 25/09/2017

Bonjour,
Le carrefour auquel vous faites référence est un carrefour complexe. Quelques améliorations ont été apportées, sur les traversées piétonnes et les carrefours à feux.
Des contraintes d'espace sont à souligner, et ne permettent pas de pouvoir créer de larges refuges piétons.
Nous n'avons pas pour l'instant de projet d'aménagement "magique" qui permettrait d'apporter une sécurisation complète des traversées piétonnes de ce carrefour.
 

Réponse par Marie Zehaf, adjointe au Maire chargée de la voirie le 03/10/2017

Bonjour, Quand débuteront les travaux de restauration de l'Hôtel de ville ? Quel sera le planning des travaux ? Comment seront-ils financés (cela pourrait être financé dans le cadre de la mission de préservation du patrimoine confié par Monsieur Macron à Stéphane BERN) ? 
Question posée par B. le 25/09/2017

Les travaux de réparation des dégâts de l'incendie sont commencés et seront terminés à l'été 2018. Le coût sera quasiment couverts par l'indemnité d'assurance. Certains petits travaux supplémentaires, comme la mise en place d'une porte en bois devant la porte en verre, seront bien subventionnés par la DRAC.
Les travaux de toiture du bâtiment de la place St Pierre s'effectueront ensuite et seront aussi bien subventionnés. Et oui bien sûr le mécénat est possible, souhaitable et le bienvenu dans ce genre d'opération.
 

Réponse par Catherine Thiebaut, adjointe au Maire chargée des Bâtiments municipaux le 23/10/2017

Bonjour, afin d'améliorer les déplacements des personnes qui travail, ne serait il pas possible d'établir un service minimum lors des grèves ginko ou aucun bus et tram ne circulent ? 
Question posée par C. le 25/09/2017

Bonjour,
Contrairement à ce qui est parfois compris, la loi ne définit pas un service minimum pour les transports (TER, transports urbains, ...) mais il y a une obligation de se déclarer "gréviste" à l'avance. A partir de là, il y a une mise en oeuvre d'un "plan de transport" qui prend ces informations en compte.
Ce plan de transport est alors diffusé auprès des usagers que l'on essaye toujours d'informer au mieux le plus tôt possible. Ainsi, pour prendre l'exemple des grèves récentes du samedi avec 25% de participation, elles se sont traduites par un service normal sur le Tram en journée, mais avec une interruption en soirée à partir de 20 heures, ainsi que des allègements sur d'autres lignes.
Si le pourcentage de grévistes est très élevé, il n'y alors pas de transport, ce qui effectivement est très pénalisant, particulièrement pour les actifs. Nous n'avons pas la possibilité de définir un service minimum de transport qui serait imposé.
 

Réponse par Michel Loyat, vice-président en charge des transports pour la CAGB le 04/10/2017

Bonjour, Voyant toujours autant de bouchons au niveau de l'axe micropolis-beure, je souhaiterais savoir quand est ce que la ville finira la mise en 2×2 voies entre la rocade valentin et la voie des mercureaux avec un pont qui relie directement les 2×2 voies pour éviter ce rond point qui est problématique. Autant d'énergie et d'argent pour construire la rocade valentin et les mercureaux pour arriver à autant de bouchon, il faut amener le projet à son terme pour avoir un périphérique digne de ce nom. Merci de repondre car j'ai l'impression que le sujet est tabou. 
Question posée par F.F. le 24/09/2017

Bonjour,

L'aménagement de la RN 57 entre Beure et Micropolis n'est pas un sujet tabou !
Le projet, sous la responsabilité de l'État, en concertation étroite avec les différentes collectivités, rentre dans une phase de concertation publique qui aura lieu du 17 octobre au 27 novembre.
Le projet sera exposé dans plusieurs lieux : Mairie de Besançon, Mairie de Beure, siège de la CAGB (la City), Médiathèque de Planoise… et vous pourrez trouver une page du projet sur le site de la DREAL BFC.
Des registres seront à votre disposition aux côtés des expositions sur lesquels vous pourrez faire part de vos remarques.
Une réunion publique aura lieu le 9 novembre à 20 h à Micropolis.
 

Réponse par Marie Zehaf, adjointe au Maire chargée de la voirie et Michel Loyat, vice-président en charge des transports pour la CAGB le 05/10/2017

Bonjour, Niveau transport en commun Ginko ? On en est où ? 
Question posée par D.M. le 24/09/2017

Bonjour,
Le réseau Ginko organisé et financé par la Communauté d'Agglomération est assuré par plusieurs opérateurs, plusieurs transporteurs, avec lesquels nous avons des contrats (délégation de service public pour la partie urbaine, marchés d'affrètement pour la partie périphérique). Ces contrats arrivent à échéance en décembre 2017. Nous finalisons actuellement la procédure de renouvellement de ceux-ci et donc d'ici la fin de l'année, le contenu détaillé de ces contrats pourra être connu dans le détail.
 

Réponse par Michel Loyat, vice-président en charge des transports pour la CAGB le 04/10/2017

Bonjour, Courant du printemps 2016, il a été mis en place, rue des tamaris, diverses mesures pour limiter la vitesse jugée excessive de certains conducteurs et améliorer les conditions de stationnement. Un an après, je constate que le bilan, à mon humble avis, est mitigé : - la vitesse excessive sur les portions larges et droites, rue des tamaris, rue des cras et rue des oiseaux, est toujours d'actualité et les priorités à droite ne font peur qu'à ceux qui respectent le code de la route - les marquages au sol ont limité les possibilités de stationnement, la situation est vivable uniquement le week-end Les solutions apportées ont le mérite d'exister mais voici quelques questions : - Est-il normal que les employés du groupement de mutuelles et des cabinets médicaux situés au 67 rue des cras monopolisent les places de stationnement des rues voisines chaque jour de semaine ? N'ont-il pas des places de parking privées dans l'enceinte de leur établissement ? - Y-a-t-il encore des contrôles de vitesses réalisés ponctuellement et de manière aléatoire, mais régulière, dans les diverses rues de Besançon ou ne va-t-on continuer qu'à punir automatiquement les automobilistes inattentifs aux radars fixes ? - Y-a-t-il encore des agents de la police municipale qui parcourent les diverses rues de Besançon et qui font de la prévention, voire qui verbalisent, sur les incivilités toujours grandissantes ? J'ai 41 ans, je suis née à Besançon, j'y ai grandi, fait mes études et y travaille (ou à proximité). Je trouve bien de développer et appliquer des mesures pour améliorer le quotidien mais parfois j'ai le sentiment que les problèmes de fond sont oubliés, ou il est plus délicat de les résoudre. Merci d'avance pour vos réponses. 
Question posée par R.P. le 24/09/2017

Bonjour,

Danielle POISSENOT et moi-même pouvons vous assurer qu'il y a encore à Besançon des agents de police qui parcourent les rues et qui verbalisent. Des contrôles réguliers sont faits dans les rue de la ville et nous sanctionnons les incivilités routières quand elles sont constatées (vitesse excessive, stationnement abusif ou gênant, non-respect de la signalétique en place…).

Concernant le stationnement journalier des personnes travaillant en ville, il n'est pas possible d'intervenir, puisque l'espace public est dévolu à chacun. Le seul moyen serait de réglementer le stationnement pour inciter à la rotation des véhicules mais cette pratique sur les quartiers périphériques au centre-ville ne s'applique pas sur Besançon.
 

Réponse par Marie Zehaf, adjointe au Maire chargée de la voirie le 04/10/2017

j'emprunte régulièrement le passage à piéton place flore et qui traverse l'avenue Denfert Rochereau Quand le demande le passage via le bouton ,j'attends patiemment et quand passe au vert ,un double bus venant de la rue des chaprais me passe devant le nez négligeant ma priorité et une fois passé ,le feu piéton ,est repassé au rouge... 
Question posée par P. le 24/09/2017

Bonjour,
La signalétique est bien matérialisée sur le carrefour, et elle implique que le bus devrait laisser la priorité au piéton. La situation que vous décrivez relève d'un problème de comportement du conducteur… mais hélas en matière de voirie, il n'y a pas d'aménagement parfait qui pourrait répondre aux problèmes de comportement.
 

Réponse par Marie Zehaf, adjointe au Maire chargée de la voirie le 04/10/2017

Bonjour, merci de nous laisser l'occasion de nous exprimer. Comment améliorer la propreté des rues et des espaces verts ? On note un tel laisser-aller, une telle indifférence des jeunes (et des moins jeunes) à l'égard de leur environnement ! et les passages des équipes de nettoyage sont tellement aléatoires : les mêmes canettes de bière, les mêmes détritus restent stockés au même endroit pendant des semaines jusqu'à ce qu'une bonne âme (moi, souvent) prenne son courage à deux mains et les ramasse. Pourquoi ne pas faire une intervention dans toutes les écoles pour sensibiliser les enfants ? Pourquoi ne pas mettre des affiches dans tous les espaces verts ? Pourquoi aussi ne pas nettoyer régulièrement, pour ne pas encourager "à faire comme les autres" ? Je suis persuadée qu'une bonne campagne de sensibilisation aurait déjà quelques effets, quelques poubelles en plus le long des rues, et surtout une ville exemplaire, toujours maintenue propre. Et bien sûr, ensuite, il ne faut pas relâcher ces efforts et imprégner chez tous les jeunes, par de fréquentes interventions, ce souci de leur environnement. 
Question posée par W.C. le 24/09/2017

Bonjour,
Nous constatons chaque jour, des actes inciviques dont font preuve nos concitoyens.
Le service voirie travaille en étroite collaboration avec le service des espaces verts, la police municipale et la direction de la gestion des déchets de l'agglomération pour informer et éduquer les habitants.
Dans le service voirie, une équipe de médiateurs de la propreté mène des actions de sensibilisation auprès des riverains (déjections canines, dépôts sauvages...), des écoles et centre de loisirs.
Des campagnes de communication ont été menées sur la propreté, les dépôts sauvages. Le personnel municipal ne relâche pas ses efforts, et les différents services concernés entretiennent quotidiennement les espaces qui leur sont dédiés.
Les poubelles proposant le tri ne sont pas respectées. Aussi nous n'abandonnons pas le principe de l'éducation et développons de nombreuses actions : à Vital'été, durant le Raid urbain, dans les écoles et le temps périscolaire, lors du Rallye de DD,... Des poubelles spéciales avaient été posées dans des lieux de grandes affluences, puis ont été retirées en raison du dispositif vigipirate.
Nous renouvelons la pose de poubelles et leur gestion selon les périodes, le public et les moyens d'éduquer à la protection de l'environnement.
C'est un travail mené sans relâche. Une nouvelle piste : en Suisse dans certains secteurs, ils ont décidé d'enlever les poubelles et demandent au public de ramener leur déchet, qu'ils ont su apporter. Mais nous n'en sommes pas là et cherchons l'amélioration de cette question du déchet dans les parcs et ailleurs.
 

Réponse par Marie Zehaf, adjointe au Maire chargée de la voirie et Anne Vignot adjointe au Maire chargée du Développement durable le 03/10/2017

Bonjour Monsieur Quand est-ce que la municipalité va réfléchir sur la sécurité, la vitesse et la circulation sur les chemins des Torcols et de Chailluz, Plus précisément chemin de Valentin ? 
Question posée par Comité de quartier Torcols Chailluz le 24/09/2017

Bonjour,

Des aménagements ont été réalisés lors du mandat précédent. Ces aménagements ont permis de limiter quelque peu la vitesse. Il n'y a pas en matière de voirie d'aménagements qui peuvent agir de manière radicale sur le comportement des usagers… Un travail de collaboration avec la police municipale est mené pour tenter par la sanction d'éduquer les conducteurs irresponsables.
Une proposition a été faite aux membres du CCH pour limiter la vitesse à 30 km/h sur le chemin de Valentin. A ce jour, je n'ai pas encore eu de réponse sur cette proposition.
 

Réponse par Marie Zehaf, adjointe au Maire chargée de la voirie le 04/10/2017

Infrastructures pour l'eau, l'électricité, la fibre, les routes, le réseau de bus mais aussi les coûts pour les ordures ménagères l'étalement urbain présente des surcoûts (jusqu'à 3 fois plus élevés qu'un habitat dense) pour les collectivités et les portefeuilles des Bisontin(e)s. De plus cette périurbanisation engendre le plus souvent des déplacements en automobiles qui s'ajoutent à ceux déjà existants. Le cœur de ville regorge de foncier mutable, cela permettrait également le renouvellement et l’embellissement dans de nombreux quartiers sans aller construire jusqu'en limite de la commune ou par delà la RN57. Pensez-vous faire assez pour lutter contre ce phénomène qui viendrait tuer le modèle d'une ville durable ? 
Question posée par D. le 24/09/2017

La création d'eco quartiers (Vauban, Les Vaites, Viotte ...) et les projets d'urbanisation en cours (Hauts de Chazal en articulation avec le développement du pôle santé) ou à venir sur la ville, la reconversion de l’Hôpital Saint-Jacques en est la meilleure illustration, sont le reflet d'une volonté politique d'agir pour faire de Besançon une ville durable. Nous voulons permettre aux bisontins qui le souhaitent de vivre en ville, à proximité de leur lieu de travail, de bénéficier des services publiques (écoles, bibliothèques), des loisirs multiples, de pouvoir utiliser des modes alternatifs à la voiture (tous les éco quartiers cités ci-dessus sont ou seront desservis par des lignes de transport en commun performantes, des pistes cyclables, des cheminements piétons).
Dès qu'il est possible de valoriser le foncier du cœur de ville, nous nous engageons dans les projets. Par ailleurs la ville acquiert au fur et à mesure d’autres terrains à vocation urbanisable (rue de Dole, site des 408, place de la Bascule, Près de Vaux…). La reconstruction de la ville sur la ville est véritablement une priorité en termes de stratégie de développement durable.
 

Réponse par Marie Zehaf, adjointe au Maire chargée de la voirie et Nicolas Bodin, adjoint au Maire chargé de l'Urbanisme et aménagement urbain le 04/10/2017

Quand retrouvera t-on un centre ville propre et fleuri, et donc accueillant? :-) 
Question posée par richard le 23/09/2017

Les équipes municipales entretiennent quotidiennement les rues et parcs de la ville.
Chaque matin les rues du centre ville sont nettoyées.
Malheureusement quelques concitoyens irresponsables ne respectent pas les espaces publics et l'environnement.
Des actions de sensibilisation sont menés auprès du jeune public dans les écoles et les centre de loisirs, mais aussi auprès des riverains.
Les poubelles proposant le tri ne sont pas respectées. Aussi nous n'abandonnons pas le principe de l'éducation et développons de nombreuses actions : à Vital'été, durant le Raid urbain, dans les écoles et le temps périscolaire, lors du Rallye de DD,... Des poubelles spéciales avaient été posées dans des lieux de grandes affluences, puis ont été retirées pour des raisons de dispositif : vigipirate.
Nous renouvelons la pose de poubelles et leur gestion selon les périodes, le public et les moyens d'éduquer à la protection de l'environnement.
C'est un travail mené sans relâche. Une nouvelle piste : en Suisse dans certains secteurs, ils ont décidé d'enlever les poubelles et demandent au public de ramener leur déchet, qu'ils ont su apporter. Mais nous n'en sommes pas là et cherchons l'amélioration de cette question du déchet dans les parcs et ailleurs.
 

Réponse par Marie Zehaf, adjointe au Maire chargée de la voirie et Anne Vignot adjointe au Maire chargée du Développement durable le 03/10/2017

Monsieur le maire. Quand penserez vous mettre la carte gratuite pour les petits retraites moi je touche 830 E de retraite mais pas le droit à la carte gratuite car je dépasse de 30E par mois impossible de prendre le tram ou le bus souvent car ça devient trop cher .. J ai un logement Neolia à payer il me reste pas grand chose pour prendre une carte. Pas de véhicule non plus et nous sommes combien dans de tels cas? Le minimum vieillesse ont le droit à cette carte gratuite mais ils ont plus APL.Nous c est refusé des que l on se présente à maison des seniors. Le plafond est à revoir.. Merci. Pensez aux petits retraites qui galèrent dans votre commune.. Mais qui reste humble sans se montrer.. J ai 66 ans.. Cordialement 
Question posée par B. le 23/09/2017

Bonjour,
Je vous remercie pour la précision de votre témoignage qui fait apparaître effectivement des "effets de seuil" puisque nous avons une tarification sociale importante au sein de notre Agglomération, dans certains cas en lien avec le CCAS. Parfois, une faible hausse des revenus peut conduire à ne pas pouvoir bénéficier de cet effort porté par tous.
Nous sommes attentifs à ces questions difficiles à résoudre.
 

Réponse par Michel Loyat, vice-président en charge des transports pour la CAGB le 04/10/2017

BONJOUR A QUAND LE QUARTIER DES VAITES QUE L ON ATTEND DEPUIS LONGTEMPS? QUID DU DISPOSITIF PINEL QUI DOIT S ARRETER AU 31/12/2017 BESANCON POURRA T ELLE OBTENIR UNE DEROGATION? 
Question posée par J. le 23/09/2017

Les premiers travaux concernant les réseaux du futur quartier ont débuté il y a une quinzaine de jours. La maison du projet sera inaugurée au début de l’année 2018. Les premiers logements sortiront de terre en 2019. Le projet de loi n’est pas encore écrit et les modalités correspondantes sont donc susceptibles de changer. Ceci dit dès à présent, la ville s’apprête à demander une dérogation afin de pouvoir bénéficier d’une égalité de traitement avec les autres grandes villes. Actuellement 4 autres villes Angers, Brest, Le Mans et Saint-Etienne seraient potentiellement dans une situation analogue à celle de Besançon. 
Réponse par Nicolas Bodin, adjoint au Maire chargé de l'Urbanisme et aménagement urbain le 04/10/2017

Quelle avenir pour le SNB ? ( Aviron et Canoe-Kayak ) notre bâtiment continue de se dégrader lentement mais inexorablement, et les locaux restant ne nous permette plus de continuer sereinement nos activités ( le SNB Canoe-Kayak est deuxieme au classement des clubs Français ) des solutions on été trouvé pour la piscine de Chalezeule, on évoque la création d'une base nautique à Oselle, un nouveau complexe aqualudique, et pour nous ???? PS: techniquement nous ne pourrons pas attendre la démolition de l'usine Rhodia, ce sera trop tard. 
Question posée par S.P. le 23/09/2017

Bonjour,

L’accompagnement des deux associations du SNB se réalise en deux temps :

- court terme : accompagnement de la Ville à travers la mise à disposition de matériaux permettant de réaliser des aménagements à l’intérieur des volumes existants. Cela permettra notamment la réalisation d’un bureau accueil pour le Canoé Kayak. Pour l'aviron, nous recherchons encore une solution technique compatible avec les contraintes PPRI. Rappelons que la Ville a mis à disposition du SNB CK un appartement permettant l’installation du siège social de l’association.

- Moyen terme : l’aménagement du cœur de Parc des Prés de Vaux prévoit la mise en place d’un hangar à bateaux répondant au cahier des charges des deux associations en termes de stockage. L’échéance de cette 1ère tranche d’aménagement du parc et d’espaces nautiques est prévue en 2020. Une seconde tranche devra être programmée afin de doter ce parc de toutes les fonctionnalités d’un club nautique : sièges sociaux, vestiaires, espaces de musculation.
 

Réponse par Abdel GHEZALI, adjoint au Maire chargé des sports le 20/10/2017

Pour quelle raison demeure t-il un sentier gravillonné étroit entre l'impasse du Fort Benoît et le trottoir longeant l'EDF?Super pour tout moyen de transport d'enfants,et réduit par la croissance d'une haie encore plus désagréable par temps de pluie et avec la circulation importante'Bus,automobilistes qui se croient au Monté-Carlo,hors de question d'utiliser la route.Ne serions-nous pas des contribuables comme les autres? 
Question posée par T. le 23/09/2017

Bonjour,

Le sentier gravillonné a été aménagé pour permettre aux riverains de de déplacer en sécurité sans être sur la chaussée : certes il est étroit mais il a le mérite d'exister. Si des travaux doivent être faits, la priorité sera donnée pour établir une jonction de ce cheminement avec celui sur la partie haute du chemin de Fort Benoit.

Si la haie dépasse et qu'elle gêne le cheminement piéton, n'hésitez pas à le signaler au service Voirie. Un courrier pourra être adressé au propriétaire du terrain, pour lui demander d'entretenir la haie.
 

Réponse par Marie Zehaf, adjointe au Maire chargée de la voirie le 04/10/2017

Bonjour, Nous assistons depuis plusieurs années à une augmentation du trafic entre la rue de Vesoul et Palente. En effet la rue de Vesoul et le boulevard étant paralysés à certaines heures, les automobilistes utilisent les itinéraires non prévus (Point du jour, torcols, Vallon du jour ...) pour passer d'un point à l'autre. Je pense même que les GPS suggèrent ces parcours !!! Sur certains de ces axes la vitesse a été limitée à 30kms/heure ... mais il n'y a malheureusement aucun contrôle !!! Il est prévu à terme de densifier la zone d'habitat dans le quartier de Palente. Qu'est il envisagé pour acheminer ce flots supplémentaires de véhicules ? N'est il pas opportun dans l'objectif de 2020 de remettre à l'ordre du jour le contournement Nord-EST? Regardons ce que est fait à DIJON par exemple . Nous habitons dans ces quartiers et malheureusement il n'y a quasiment plus de bus , plus de service postal ... pourtant ces quartiers sont qualifiés au sens fiscal comme résidentiels ... donc à fiscalité locale élevée avec en contre partie de moins en moins de service public . ... Merci de vos réponses à ces multiples questions 
Question posée par L. le 21/09/2017

Le contournement Nord Est est un projet qui ne peut être remis à l'ordre du jour puisque c'est un projet abandonné. Et il serait peu judicieux d'envisager la création d'une infrastructure routière dans une zone d'habitat qu'il est prévu d’aménager dans le programme Planches Relançons ou dans la zone forestière attenante.
L'agglomération entité organisatrice du service de transports en commun, mène une politique de desserte, susceptible d'évoluer avec les zones d'habitats qui se densifient.
Afin de préserver l'environnement et de s'inscrire dans une mobilité durable, il est important que les usagers puissent trouver d'autres alternatives à la voiture individuelle (transports en commun, vélo, marche à pied, autopartage, co-voiturage..)
Quant aux contrôles de vitesse, un travail conjoint est mené avec la police municipale pour assurer des contrôles et contraindre par la verbalisation les conducteurs à respecter les réglementations en place.
 

Réponse par Marie Zehaf, adjointe au Maire chargée de la voirie et Nicolas Bodin, adjoint au Maire chargé de l'Urbanisme et aménagement urbain le 04/10/2017

Bonjour, Parmis vos engagements en matière de culture & sports vous souhaitez promouvoir "Des infrastructures modernisées et de nouveaux équipements créés" et notamment la " Création d’un espace couvert dédié aux sports de glisse et sports urbains (skate, rollers, BMX). (page 29 du programme 2014)". Les infrastructures existantes en la matière sont dorénavant vétustes car construites depuis une (pont Charles de Gaulle) voire deux décennies (pont Carnot). Je me réjouis de voir que vous mentionnez que votre engagement de campagne en la matière est "quasi-réalisé ou réalisé c'est à dire complètement terminé, achevé, complété". L'automne étant presque arrivé, pourriez-vous s'il vous plaît m'indiquer le lieu de ce nouvel équipement et ses modalités d'accès (horaires d'ouverture, tarifs...) Bien cordialement. 
Question posée par G. le 21/09/2017

Bonjour,

L’équipement mentionné n’est pas réalisé mais les engagements avec les différents acteurs associatifs ont été encore dernièrement rappelés : le futur skate-park couvert, qui accueillera également d’autres pratiques de cultures urbaines (parkour, graph…) sera installé sur le site des Torcols en lieu et place des actuels courts de tennis couverts. L’inauguration de cet équipement est prévue en septembre 2018. Il est à noter que de nombreuses associations de pratiquants, fédérées notamment autour de l’ASEP, co-construisent le projet avec la Ville afin que ce dernier corresponde au mieux aux demandes et exigences des usagers. La Ville investira 450.000 € dans ce projet, et une zone de parking retravaillée pour l’ensemble du complexe sera réalisée.
 

Réponse par Abdel GHEZALI, adjoint au Maire chargé des sports le 20/10/2017

Que va devenir le bâtiment administratif 11 bis rue Nicolas Bruand après le regroupement des services quartier Viotte? En vis-à-vis rapproché de ce bâtiment je suis inquiet de sa destination prévue. 
Question posée par J.H. le 20/09/2017

Le regroupement des services de l’Etat sur le Pole Viotte, rue de la Viotte, va libérer certains bâtiments de leur occupation actuelle. Un travail est en cours avec les services de l’Etat pour anticiper ce phénomène et orienter le devenir des bâtiments. Lorsque les services de l’Etat sont locataires, ce qui est le cas du bâtiment qu’ils occupent rue Nicolas Bruand, le bâtiment retourne à la location vers une activité tertiaire banalisée, ou, si le propriétaire le souhaite, peu muter vers du logement, dans le respect des conditions de stationnement qui peuvent être contraignantes. L’attractivité du nouveau quartier de gare pèsera sur la nouvelle occupation. 
Réponse par Nicolas Bodin, adjoint au Maire chargé de l'Urbanisme et aménagement urbain le 04/10/2017

Bonjour Pistes cyclables : les services municipaux de la voirie ont-ils réellement intégré la mise en place de pistes "réservées" lors de travaux structurants ? A part la véloroute, il n'existe pratiquement pas d'itinéraire autonome (notamment pour rejoindre ladite véloroute), et il y a beaucoup de rupture dans les itinéraires existants. Globalement il ne semble pas exister de volonté forte pour une politique en la matière. 
Question posée par Y.D. le 19/09/2017

Lors de travaux structurants, nous intègrerons la mise en place d'aménagements cyclables pour deux raisons :
La première parce nous avons la volonté politique de développer les modes alternatifs à la voiture , et d'inciter au report modal afin de préserver l'environnement et la santé de nos concitoyens , lutter contre le réchauffement climatique et la pollution de l'air.
La deuxième parce que cette volonté politique s'ajoute à une obligation légale : en référence à la loi sur l'air, nous avons obligation de matérialiser des aménagements cyclables lorsque qu'il y a création ou réfection de chaussée.

La ville de Besançon dispose d'un schéma directeur cyclable que nous avons renforcé au cours de ce mandat en dialogue constant avec les associations d'usagers. En application de ce schéma nous avons récemment réalisé des aménagements cyclables rue de Belfort, rue de Vesoul ou rue de la Pelouse.... La piste cyclable bidirectionnelle réalisée avenue Siffert ainsi que la voie verte de l'avenue Hillaire de Chardonnet participent également à l'amélioration constante du réseau.

Nous travaillons aujourd'hui à étendre ce schéma cyclable à l'agglomération pour permettre à chacun de se déplacer à vélo en toute sécurité dans la Ville et l'ensemble du Grand Besançon.

Nous réfléchissons également à la mise en place d'une gouvernance participative dédiée aux cyclistes et aux pétions afin de renforcer le dialogue avec les usagers et de poursuivre la consolidation de notre réseau cyclable et piéton.
 

Réponse par Anthony Poulin, conseiller municipal chargé de la Vie étudiante et des Modes doux le 03/10/2017

Bonjour. Beaucoup de villes petites ou moyennes investissent dans des boulodromes couverts pour la Pétanque . Il serait dommage de louper le train de la médiatisation et de l'olympisme pour ce sport. Quand est ce que la ville de Besançon va se doter d'un boulodrome Pétanque digne de ce nom? Il serait dommage de louper le train de la médiatisation et de l'olympisme pour ce sport. 
Question posée par A. le 19/09/2017

Bonjour,

La Ville dispose d’un boulodrome au Rosemont, disposant d’un nombre de pistes déjà important (12 pistes en pratique lyonnaise, pouvant passer à 24 pour la Pétanque). Sur cet équipement des efforts ont été faits par la Municipalité, par exemple cet été avec la reprise complète de la toiture pour plus de 110 000 euros. La question de fond n’est pas sur l’équipement en lui-même, qui peut et va encore s’améliorer dans les années à venir avec une maintenance technique accrue, mais sur sa gestion quotidienne. Sur ce point des discussions sont actuellement en cours entre les services de la Ville et des représentants des deux pratiques (Pétanque et Lyonnaise), afin que chacun prenne sa place et que le boulodrome puisse devenir un lieu de pratique plus organisé qu’il ne l’est aujourd’hui.
 

Réponse par Abdel GHEZALI, adjoint au Maire chargé des sports le 20/10/2017

J’habite Besançon depuis 50 ans, autant dire depuis toujours, et je suis fier de ma ville. Toutefois, je ne saisis toujours pas votre politique quant à la circulation in et hors agglomération. J'habite Bregille et travaille sur Chateaufarine. 20 minutes en voiture ou 1 heure via les transports en commun pour moi le choix est clair. A quand les désengorgements des grands axes, ou pourquoi pas un tram au terminus René Char? Et enfin la surlargeur de la voie entre Planoise et Beure..quelle est sa finalité? 
Question posée par J.C. B. le 18/09/2017

Il n'y a pas encore de réponse publiée pour cette question. Celle-ci arrive bientôt !

J'ai 76 ans, j'habite au Galaxy 6 rue du Lieutenant Duchaillut Est-il impossible de mettre cette rue en sens unique? Notre parking privé est systématiquement envahis par les voitures de parents trop souvent irrespectueux vis à vis des mesures élémentaires de civisme. Il m'arrive de devoir faire un tour de pâté voire plus pour rentrer chez moi. 
Question posée par M. le 18/09/2017

Bonjour

Les aménagements de voirie s'étudient afin qu'ils puissent répondre aux objectifs attendus.
Modifier les sens de circulation peut avoir parfois d'autres incidences que celle attendue...
Je peux vous conseiller de solliciter le service voirie pour qu'un technicien puisse vous renseigner et vous dire s'il est possible de proposer un aménagement de voirie qui pourrais concourir à solutionner le problème d'incivisme que vous rencontrez.

Cordialement
Marie ZEHAF
 

Réponse par Marie Zehaf, adjointe au Maire chargée de la voirie le 22/09/2017

Bonjour, Quels sont les aménagements de voirie prévus pour rendre le chemin vers l'école Helvéthie sûr pour les enfants qui s'y rendent à pied ? Le carrefour de la place Flore est excessivement dangereux, car au croisement des voies du Tram et de l'avenue Carnot, le feu piéton est vert, mais l'est également pour les voitures qui tournent depuis l'avenue Denfert Rochereau pour descendre sur l'avenue Carnot. Au printemps dernier, une maman et son fils, et moi-même accompagnée de ma fille, avons eu la chance de ne pas être percutées par une voiture qui a bien marqué l'arrêt pour nous laisser passer, mais qui a été projeté en avant par la voiture qui était derrière elle et qui ne s'est pas stoppée. Pourquoi ne pas imaginer : 1. une action de sécurité routière avec les enfants qui traversent les rues aux abords de leur école. 2. une signalétique piéton pour marquer au sol le passage vraiment sécurisé pour les piétions (sur une autre partie de la place Flore, par exemple, on peut traverser sans danger, avec des feux verts pour les piétons sans interaction avec les véhicules). Merci à vous d'agir pour rendre nos enfants capables de se déplacer en toute sécurité dans leur ville. 
Question posée par L. le 17/09/2017

Il n'y a pas encore de réponse publiée pour cette question. Celle-ci arrive bientôt !

Le premier club de plongée à Besançon a été créé en 1971 Il y a 4 ou 5 clubs qui ont ouvert depuis. Pourquoi le créateur du PREMIER CLUB, ASC, dont les autres ne sont que ses "enfants", n'a-t-il jamais été reconnu ? 
Question posée par F.J. le 17/09/2017

Bonjour,

Nous n’avons pas de réponse spécifique à faire sur cette question : la vie des clubs est fluctuante… Certains meurent, renaissent, éclatent en diverses entités, fusionnent… C’est un peu un phénomène inhérent à la vie associative. Donc nous avons un peu de mal à voir le sens de la question : est-il demandé d’honorer une personne physique, dont le nom n’a pas été communiqué ? Nous ne pourrons mettre à l’honneur tous les présidents fondateurs de club… Mais je reste bien sûr à l'écoute si vous souhaitez préciser...
 

Réponse par Abdel GHEZALI, adjoint au Maire chargé des sports le 20/10/2017

Le festival accroches-coeurs pour Angers, le festival mondial des marionnettes pour Charlevilles-Mezieres, la fête des lumières à Lyon, le festival international de la BD à Angoulême. Pour Besançon toujours pas de gros événements populaires et festifs qui embrasent toute la ville d'un bout à l'autre. Des festivals reconnus et de qualités existent mais trop souvent élitistes. Où en est-on sur ce sujet ? 
Question posée par D. le 17/09/2017

Il n'y a pas encore de réponse publiée pour cette question. Celle-ci arrive bientôt !

Aménagements urbains datés, propreté pas toujours au rendez-vous, terrains vagues, batîments abandonnés, l'entrée de ville par Casamène est vraiment peu engageante. Un projet d'embellissement de cette entrée de ville est-il à l'étude ? 
Question posée par D. le 17/09/2017

Oui, l’agence d’urbanisme et le service urbanisme ont déjà entamé une étude sur ce sujet car il est vrai que cette entrée de ville mérite d’être grandement requalifiée. La ville est actuellement propriétaire d’un faible nombre de parcelles et ce projet n’est pour l’heure pas inscrit dans les tableaux financiers de la ville avant plusieurs années. 
Réponse par Nicolas Bodin, adjoint au Maire chargé de l'Urbanisme et aménagement urbain le 04/10/2017

Tous les matins c’est la guerre des places de parkings au hauts de Chazal entre les étudiants et les personnes qui travaillent sur place. 7€ là journée avec un ticket de tram inclut. Pensez vous que c’est un prix juste ? Que devons-nous faire avec ce ticket de tram qui ne nous sert à rien ? Pourquoi ne pas avoir tenu la promesse d’un grand parking gratuit ? Vous sentez-vous intelligent de mettre des parking payants sur un lieu universitaire, donc fréquenté par des étudiants ? 
Question posée par C. le 16/09/2017

Le quartier des Hauts de Chazal est un important pôle générateur de plus de 60.000 déplacements journaliers.
La ville a fait le choix de réglementer un parking de 130 places (sur les 1.880 places disponibles sur la totalité de la ZAC) pour permettre de proposer une offre de stationnement garantie à tout moment de la journée à toutes les catégories d'usagers, notamment aux visiteurs et clients de la zone pour lesquels il était devenu impossible de trouver une place en journée. L'objectif de ce parking est bien le report modal d'une partie des actifs et des étudiants qui stationnent à la journée aux dépens des visiteurs clients qui ont besoin de places disponibles au centre du quartier à tout moment de la journée.
La mise en service du tramway en 2014 a permis de proposer une desserte efficiente du site en transport public.
Les élus de la ville et de l'agglomération travaillent en étroite collaboration pour permettre à chacun de se déplacer (jalonnement parking gratuit et payant, jalonnement mode doux ...), de faire des économies (abonnement Vélocité, Citiz groupés avec abonnement transport en commun... co-voiturage...) et d'agir pour sa santé comme pour l'environnement.
Concernant le tarif de 7 euros avec un ticket de tram gratuit, il me semble que l'information que vous donnez n'est pas juste. Le ticket de tram avec le forfait parking, n'est délivré que sur les parkings relais. Pour 4,30 €, stationnez votre véhicule sur le Parking Relais de votre choix (sauf Ile de France réservé aux abonnés Ginko) et bénéficiez d’un ticket Journée Ginko bus&tram pour tous les occupants (jusqu’à 7 personnes) de la voiture pour des voyages à volonté sur toutes les lignes du réseau. Le parking Milleret n'est pas un parking relais.
 

Réponse par Marie Zehaf, adjointe au Maire chargée de la voirie le 21/09/2017

veuillez intervenir pour que les ambulanciers (notamment Jussieu), décibel largement supérieur à la normal, cesse leur sirène ultra bruyante lors de leur passage rue de Dole ainsi que réduire leur vitesse même quand il n y a pas de grande circulation 
Question posée par C. le 16/09/2017

Il n'y a pas encore de réponse publiée pour cette question. Celle-ci arrive bientôt !

J'habite le quartier de Montrapon et depuis des mois, nous subissons le trafic perturbé de la Place Leclerc. Malgré les travaux, la circulation est bloquée à certaines heures. Pourrait-on prévoir des agents de la circulation pour fluidifier le trafic tant que le bug ne sera pas décelé? Merci pour votre attention. 
Question posée par C. le 16/09/2017

Les travaux de la ligne 3 et le réaménagement de la place Leclerc se terminent. Depuis la mise en service des carrefours à feux, le bug qui provoquait quelques problèmes a été décelé, et des réglages ont été faits. Des améliorations sont encore possibles.
Les agents de police ont été mobilisés et ont apporté leur aide aux heures critiques. Ils restent bien évidemment encore mobilisables si le besoin s'en faisait sentir.
 

Réponse par Marie Zehaf, adjointe au Maire chargée de la voirie le 02/10/2017

J'aimerais savoir comment vous souhaitez réduire le temps de trajet de la ligne 3 de ginko ou même améliorer la fluidité du trafic en faisant passer aux heures de pointe, par ce ''kafoutoir'' de rond point tout neuf, à feu qu'est maintenant la place Leclerc. Merci 
Question posée par C.P. le 16/09/2017

Bonjour,
Les aménagements de site propre (entre Témis et la Gare Viotte) ont permis d'améliorer la régularité de la ligne 3, le temps de transport, et le confort pour les usagers. Le passage par le coeur de la boucle (Place du 8 Septembre) est également apprécié, à tel point qu'il y a une augmentation de la fréquentation constatée, se traduisant par des surcharges... problème qui est en cours de résolution.
Sur cet itinéraire, il y a deux points particulièrement délicats : le pont de la Gibelotte, et la Place Leclerc.
Le pont de la Gibelotte sera doublé en 2018, et les aménagements de la Place Leclerc ont permis une amélioration de la fluidité par rapport à la situation antérieure, une sécurisation - et c'est très important - pour les piétons et les cycles.
Le réglage des feux a posé problème, il est particulièrement complexe vous vous en doutez. Mais des améliorations significatives ont eu lieu.
 

Réponse par Michel Loyat, vice-président en charge des transports pour la CAGB le 04/10/2017

Pourquoi continuer à développer les zones commerciales en périphérie alors que le centre ville se meurt ? 
Question posée par C.C. le 16/09/2017

Il s'agit de projets portés la plupart du temps par des acteurs privés, des grands groupes, notre rôle en la matière est de veiller à un développement raisonné de ces zones qui restent attractives et complémentaires du centre-ville.

La réflexion porte donc sur une politique globale de conquête de la clientèle : par exemple les Marnières ont pour objectif de conquérir la clientèle qui hésite entre Nord et sud du département et se développent en totale synergie avec l'Agglomération qui cherche d'ailleurs à étendre la zone de chalandise bisontine au-delà des frontières (clientèle suisse par exemple, Doubs central...). L'objectif est évidemment de peser face à des villes comme Dijon, Mulhouse, ... dans un contexte très concurrentiel.

Afin de conforter Besançon et son Agglomération, nous allons mettre en place, en coopération avec la Ville, des dispositifs incitatifs pour créer des flux périphérie/centre ville et inversement, rendus d'autant plus faciles qu'il y a désormais le tram.

Quant à Chateaufarine, les développements se sont faits dans un cadre de partenariat avec les enseignes en veillant à ne pas (trop) déséquilibrer le centre-ville. Ainsi, lorsque H & M a souhaité s'installer, l'autorisation n'a été donnée qu'à condition d'une implantation future au centre-ville, ce qui a été fait. N'oublions pas que "Les Passages Pasteur" ont ouvert récemment et permet de contribuer à ce rééquilibrage dont les effets positifs sont déjà constatés.

De même lorsque Cultura a été démarché, il ne s'est implanté qu'après une étude d'impact sur les librairies du centre-ville (étude qui a révélé environ 1% d'impact donc un effet très limité sur le centre-ville).

Il convient désormais de créer des flux entre les deux entités, les querelles centre/périphérie doivent appartenir au passé, nous sommes désormais dans une autre échelle où tous les acteurs doivent composer pour une réussite globale. C'est ce que nous encourageons au quotidien.
 

Réponse par Thierry Morton, adjoint au Maire chargé du commerce le 28/09/2017

Ne pensez-vous pas que pour limiter les déchets il faudrait revoir les poubelles à disposition : un exemple au parc Micaud où les poubelles sont tellement petites que les carton à Pizza, les sachets MC Do ou autre n'y rentre pas. Donc tout cela est posé dessus ou à côté des poubelle et le moindre souffle de vent les dissémine partout dans le parc. Pourquoi ne pas prévoir des poubelles permettant le tri. 
Question posée par C.C. le 16/09/2017

Il n'y a pas encore de réponse publiée pour cette question. Celle-ci arrive bientôt !

Les differents commences ferment les uns après les autres, seraient ils possible de rendre gratuit l'accès aux parking afin de faire revenir la population vers le centre ? 
Question posée par C. le 16/09/2017

Même si la situation pourrait être meilleure, comparée aux villes de même strates (entre 15 à 20% de vacance commerciale en moyenne) Besançon résiste bien avec une vacance de 10%. Oui des magasins ferment pendant qu'une vingtaine a réouvert... ce qui démontre que le centre-ville reste attractif pour tout type d'enseignes très diversifiées.

Non, la gratuité des parkings n'est pas la solution : en effet, lorsqu'il y a parking gratuit, toutes les études démontrent que les places sont occupées prioritairement par les résidents ou par des voitures dites "ventouses" (qui stationnent un ou plusieurs jours sans bouger...) ainsi que des utilisations pendulaires qui bloquent autant de places qui ne sont plus disponibles pour les clients potentiels...

Il faut rappeler que la Ville a mis en place les premières 59 mn non payantes (pas gratuites il y a toujours quelqu'un qui paie, en l’occurrence le contribuable) sur les parkings en ouvrage, et le premier quart d'heure (en test sur Chaprais) en ce qui concerne le stationnement sur voirie.

De même, la gratuité est de mise le dimanche matin au parking Marché Beaux-Arts, 1/2 tarif lors des samedis piétons et seulement 1 euro la nuit à partir de 19 heures etc. ce qui est très intéressant pour les clients des restaurants, bars, cinémas, etc. Tous ces dispositifs ne sont peut-être pas assez connus, et nous devrons donc renforcer la communication.

Il faut rappeler que pour une place gratuite saturée, il y a entre 6 et 8 rotations sur une place qui est règlementée (payante).

La dynamisation du commerce en centre-ville est une préoccupation majeure de l'équipe municipale, c'est pourquoi un comité de pilotage réunissant l'ensemble des acteurs du commerce et de sa promotion (associations de commerçants telles que l'UCB par exemple, CCI, Office du Commerce, Office du Tourisme, ...) se réunit à notre initiative une fois par mois. Il est le lieu de mise en oeuvre d'actions ambitieuses telles que les Samedis Piétons, les fêtes diverses, marchés (bio, de noël, etc.), instants gourmands..
 

Réponse par Thierry Morton, adjoint au Maire chargé du commerce le 28/09/2017

Peut ont avoir une équipe de football en ligue 1 
Question posée par L.R. le 15/09/2017

Bonjour,

Disposer d’une équipe en ligue 1 de football suppose de réunir un certain nombre de paramètres, qui pour la très grande, voire la majorité d’entre eux ne sont pas de la responsabilité de la Municipalité : en premier lieu ce sont les clubs, et les résultats sportifs de ces derniers qui peuvent permettre d’accéder à ce niveau. Aujourd’hui les clubs bisontins en sont loin… Ensuite il faut se doter de budgets et de moyens conséquents, qui ne peuvent être supportés par la seule collectivité, et donc par conséquent par le contribuable. Actuellement, nous considérons qu’une Ville comme Besançon pourrait trouver sa place au niveau football sur un championnat de National 1, mais cela est conditionné à notre sens par un regroupement des meilleurs éléments, avec une dynamique et un travail commun des principaux clubs concernés.
 

Réponse par Abdel GHEZALI, adjoint au Maire chargé des sports le 20/10/2017

Que comptez-vous faire pour lutter contre la délinquance grandissante ?  
Question posée par L.S. le 11/09/2017

En ce qui me concerne, ce n’est aucunement un tabou d’évoquer cette question. Besançon reste une ville calme en comparaison avec d’autres agglomérations de même taille et la tendance, ces dernières années, confirme une baisse globale de la délinquance. Pour autant, il faut le dire, je ne me résous pas à accepter les épisodes ponctuels de violence ou encore le fait que certains quartiers soient le théâtre d’une insécurité liée aux trafics de stupéfiants. La lutte contre la délinquance et les incivilités constitue une des quatre priorités de ce mandat. Concrètement, nous avons fait le choix d’engager 16 policiers municipaux supplémentaires d’ici 2020 et de continuer à développer notre parc de caméras qui en compte 143 aujourd’hui, toutes gérées par le centre de supervision urbaine. Autre élément important : une meilleure complémentarité entre les polices nationale et municipale, chacune dans leur domaine de compétence. Et de ce point de vue, je me félicite de l’action des services engagés dans cette bataille. Il s’agit là d’un axe important de mes orientations : se déployer sur le terrain et aller au plus proche des Bisontins. 
Réponse par Jean-Louis Fousseret, Maire le 12/09/2017

À votre fin de mandat en 2020, que laisserez-vous comme gros chantiers à votre successeur ? 
Question posée par R.T. le 11/09/2017

Beaucoup de projets structurants ont été lancés pendant ma mandature comme la reconversion de Saint-Jacques en cité internationale des savoirs et de l’innovation, la communauté urbaine, les Vaîtes, Vauban, la Rhodia, le complexe aqualudique… Depuis ma première élection en 2001, je crois avoir toujours fait preuve d’une vision d’avenir pour Besançon et il appartiendra au prochain maire de continuer ce travail tout en activant ses propres projets. 
Réponse par Jean-Louis Fousseret, Maire le 12/09/2017

Peut-on espérer voir un jour les rues de notre belle cité devenir un territoire zéro déchet ? 
Question posée par D.A. le 11/09/2017

En dépit des campagnes de communication, de l’efficacité des tournées de ramassage des déchets, du rôle indispensable joué au quotidien par l’ensemble des déchetteries, des éventuelles verbalisations, de la réactivité de Proxim’Cité et des agents municipaux, certains de nos concitoyens restent hermétiques à l’idée de veiller à la propreté de l’espace public. Comme vous, je déplore ce manque de civisme qui nuit à l’image de Besançon et je vous assure que je reste mobilisé sur cette question. 
Réponse par Jean-Louis Fousseret, Maire le 11/09/2017

* Sont affichées uniquement les questions qui ont été validées.
  Il est possible qu'un délai d'un ou plusieurs jours soit nécessaire entre l'envoi d'une question et la publication de sa réponse.



Retour à l'accueil